Vendredis intellos / Co-sleeping or not

Elever son enfant… Autrement – Ressources pour un nouveau maternage de Catherine Dumonteil-Fremer

« Quelque soit son lieu de naissance, un bébé a besoin, jour et nuit, d’être nourri de lait et de contact, protégé du froid, aimé avec une attention bienveillante. Selon leur tradition et leur éducation la manière qu’auront les parents de répondre à ces besoins particuliers va être différente. La nuit, la réponse donnée peut être considérablement améliorée pour les parents et le bébé si ces derniers pratiquent le sommeil partagé. Le petit qui dort avec ses parents bénéficie d’une attention et d’une vigilance accrue de la part de sa mère. On a observé qu’elle effectue une quantité importante de gestes visant à vérifier son bien-être (caresses, baisers, réajustement de la couverture, allaitement…). La maman dort la plupart du temps lorsqu’elle effectue ces contrôles. Son sommeil se synchronise avec celui du nouveau-né, ce qui lui donne la sentiment d’avoir mieux dormi que si elle avait à se lever pour le nourrir. Le bébé, lui, évite l’expérience terrorisante de se réveiller seul et dans le noir, de devoir différer la réponse à sa demande alors que son organisme ne peut le tolérer. Il ne sera peut-être pas entendu dans son désespoir et perdra l’habitude de demander ce qu’il n’obtient pas. Comment évolueront son estime de lui même et sa confiance dans les personnes qui prennent soin de lui? Nous savons aujourd’hui que les répercussions de ces choix sont considérables sur l’équilibre psychique de l’adulte qu’il deviendra. »

Dès mon premier bébé, avant même de savoir que cette pratique avait un nom, nous l’avons couché dans notre lit. Au milieu de nous deux. J’étais déjà convaincu des avantages, aussi bien pour Valentin que pour moi. Par contre on n’osait pas trop en parler, on était conscient de l’aspect « mauvaise habitude ». Il est resté avec nous presque trois mois et a ensuite intégré sa chambre et son lit sans aucune difficultés.

Pour le deuxième bébé nous avons procédé de la même façon. Je ne sais plus exactement combien de temps. Louis a ensuite dormi dans son berceau puis dans son petit lit juste à côté de nous. Et ce partage a duré 6 mois. Et je crois que six mois c’est un peu trop. Pour des raisons de place et d’organisation nous n’avons pas pu faire autrement. Quand le partage de sommeil n’est pas choisi, il peut devenir insupportable. Les derniers temps je dormais vraiment très mal et Louis n’avait plus besoin d’autant de présence. Il se réveillait très souvent la nuit pour venir dans mes bras, parce qu’au moindre son je me réveillais pour le regarder. Il a d’ailleurs mis très longtemps avant de faire une nuit complète.

Pour ce troisième bébé, nous avons continué notre « mauvaise pratique ». Entre temps j’ai lu (ouahouuu!) et j’ai appris que nous faisons au cododo, ou co-sleeping. Je pense que naturellement nous avons choisi ce qu’il a de mieux pour nos bébés et pour nous (particulièrement parce que j’allaite). Et terme de relation avec nos bébés et en terme de fatigue on est gagnant. Surtout quand ça ne dure pas trop longtemps. Au delà de trois mois je pense que la nécessité est moindre et que c’est difficile de conserver une intimité de couple avec bébé au milieu (autant dire absolument impossible).

Mais aujourd’hui, pour rien au monde je ne pourrais dormir sans lui. Demain il aura 4 semaine. Et j’ai passé toutes mes nuits à le renifler et l’embrasser et le protéger et le nourrir (et râler aussi un peu quand je suis trop épuisée). Mais c’est trop bon.

Alors quand je lis qu’aux Etats-Unis, une campagne d’information dénonce le cododo comme dangereux pour les bébé, j’ai du mal à comprendre. Pour ma part je trouve que l’épuisement d’une maman qui doit se lever régulièrement est bien plus dangereux.

Pour plus d’informations sur le cododo c’est ici.

Pour lire d’autres articles des Vendredis Intellos c’est par.

Publicités

A propos Notre bulle à Nous

Femme avant tout depuis que j'ai 30 ans, un super mari et trois merveilleux enfants. Pas deux minutes à moi dans la journée mais je ne veux rien changer. C'est du sport d'avoir 4 bonhommes à la maison. J'arrive de temps en temps à mettre un peu de vernis sur mes pieds et me faire une virée... ou faire des bidouillages en couture et tricot... bricoler le jardin... tester des recettes... C'est la Vie dans La Bulle.
Cet article a été publié dans Au jour le jour. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Vendredis intellos / Co-sleeping or not

  1. mamancaillou dit :

    Merci pour cet article ! Quand ma fille est née, nous n’avons pas eu d’autre choix que de la faire dormir avec nous, c’était le seul moyen pour elle et pour nous de dormir correctement. Mais cette pratique était teintée d’angoisse (et pourtant la campagne américaine anti-co-sleeping n’avait pas encore vu le jour). On m’a dit que j’allais tuer mon bébé, l’étouffer. Je souffrais horriblement. Maintenant je sais que si j’ai un autre enfant, je ferai exactement la même chose avec la culpabilité en moins !

    • juliechall dit :

      Merci pour ton commentaire. C’est impressionnant comme à tous les niveaux on culpabilise toujours les mamans… alors qu’on est les seule à savoir ce qu’il convient exactement à nos enfants.

  2. mmedejantee dit :

    Merci beaucoup et bravo pour cette première participation!!! J’ai été comme toi très choquée par la campagne américaine contre le co-dodo… d’abord parce que les images sont odieuses (et que j’ai en horreur la dictature de la peur!!) et ensuite parce que je ne vois pas sur quel résultat scientifique elle est fondée…
    Le peu que j’avais lu de sérieux à ce sujet ne faisait pas état d’augmentation de risque de Mort Subite du Nourrisson (le cododo pourrait même avoir un effet protecteur du fait des micros réveils qu’il provoque chez le bébé) sauf dans les cas extrêmes de parents alcooliques ou toxico-dépendants (qui eux risquent de sombrer dans un sommeil trop profond et potentiellement dangereux pour le bébé qui est à leur côté…). Ceci s’ajoute au fait que la préservation du sommeil des parents exercent une prévention bien efficace contre le syndrome du bébé secoué, qui arrive d’autant plus que les parents ont atteint leurs limites physiques…
    Voilà, tout ça pour dire que je recherche depuis plusieurs semaines activement un Guest pédiatre pour nous éclairer là dessus mais que tous se défilent!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s