Les vendredi intello 5 / L’homme, la femme, l’enfant…

Il y a quelques temps, j’ai pu lire dans Famille et Éducation un interview de Aldo Naouri. C’était trop tôt, je n’étais pas prête a en parler. J’ai découpé la page. Je l’ai laissée trainer sur ma pile de magazines. Aujourd’hui elle tombe à pic. Deux mois après la naissance de mon numéros 3, j’ose haut et fort.

La naissance de chaque enfant est comme une explosion d’émotions et de sentiments très forts bercés par un amour inexplicable qui peut se multiplier de façon inimaginable. Cette multiplication m’a toujours beaucoup surprise mais ne m’a jamais mise à l’abri de nombreux doutes et nombreux questionnements.

Lorsque je suis devenue maman pour la première fois j’ai senti se créer un lien encore plus fort que je ne pouvais imaginer. Avec mon fils nous ne faisions qu’un. Et autour de nous, le papa, mon époux, était complètement perdu. Je pense qu’il s’est senti désemparé de ne pas trouver sa place et réagissait en s’éloignant de nous – entité maternelle et femme effacée. La place de chacun a été difficile à trouver.

Lorsque je suis devenue maman pour la deuxième fois, je me suis sentie forte entre mes deux enfants. A trois nous ne faisions qu’un bloc solide. Une seconde fois, le papa, mon époux était perdu. Il réagissait en s’éloignant de nous – entité maternelle et femme effacée. Mais il était moins seul à rechercher sa place puisque son fils aîné était aussi perdu. Alors plus rapidement cette fois tout est rentré dans l’ordre.

Lorsque je suis devenue maman pour la troisième fois, je suis devenue louve auprès de mes enfants. Une nouvelles fois le papa, mon époux s’est senti perdu. Il réagissait en s’éloignant de nous – entité maternelle et femme effacée. Et chacun doit œuvrer à retrouver sa place. Ça ne fait que deux mois, c’est pas encore fini.

Ce qu’il ne sait pas, le papa, mon époux, c’est que s’il est perdu je le suis moi aussi. Chaque pilier de notre mariage ne peut soutenir seul le toit de notre amour.

Et puis j’ai lu ce texte, qui m’a beaucoup parlé.

« Vous dites que dans le couple la mère doit rester femme avant d’être mère et que seul le mari peut l’y aider?

Aldo Naouri: Aujourd’hui, où la société tend à effacer le père dans le couple – nom de la mère juridiquement égal à celui du père, congé paternel prolongé…-, c’est d’abord à l’homme de faire l’effort de rester suffisamment séduisant pour que sa femme ait envie de redevenir une femme et ne sombre pas dans le gouffre de la maternité. La société a gommé le patriarcat pour faire triompher le matriarcat, mais celui-ci va s’écrouler s’il n’y a plus en face la force symbolique de la dimension paternelle, toujours au nom de cette loi de l’équilibre familial! Pour répondre à votre question, si l’homme demande à une mère de redevenir femme, alors l’autorité passe bien, les rôles sont plus harmonieusement répartis. L’homme, la femme, l’enfant, retrouvent leur juste place… »

Le gouffre de la maternité. Est ce que c’est cette relation charnelle qui fait que la femme devenue mère n’a besoin que de son enfant; et que ce dernier la comble bonheur, qu’il lui suffit? C’est en effet le rôle du père de s’imposer et de faire renaître la femme de la mère. Parce que la mère seule à du mal sans un peu d’aide. Son corps est sous l’emprise des hormones et du souvenir de la grossesse. Ses sein son emplis de lait et ses yeux ne se portent que sur son enfant. Pouvons nous vivre heureuse qu’en temps que mère?

Alors les papas faites de grands gestes. Ne fuyais pas et ne vous laissez pas entraîner dans notre gouffre. Prenez les choses en main, reprenez votre place et aidez nous à retrouver la notre. Quand je me sens femme, je n’en suis pas moins mère. Et c’est ainsi que je trouve mon bonheur. C’est le juste équilibre nécessaire à la famille. Et si en tant que parents nous nous sentons à notre place, le reste de la fratrie suivra naturellement.

Pour lire d’autres réflexions c’est ici.

Publicités

A propos Notre bulle à Nous

Femme avant tout depuis que j'ai 30 ans, un super mari et trois merveilleux enfants. Pas deux minutes à moi dans la journée mais je ne veux rien changer. C'est du sport d'avoir 4 bonhommes à la maison. J'arrive de temps en temps à mettre un peu de vernis sur mes pieds et me faire une virée... ou faire des bidouillages en couture et tricot... bricoler le jardin... tester des recettes... C'est la Vie dans La Bulle.
Cet article a été publié dans Au jour le jour. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Les vendredi intello 5 / L’homme, la femme, l’enfant…

  1. mmedejantee dit :

    Merci donc de ta contribution… Il est vrai que la question de la place de l’homme et du père n’est pas toujours facile à trouver quand l’enfant paraît…
    Chacun réagit différemment au cataclysme émotionnel que représente l’arrivée de l’enfant… et s’il est vrai que chacun a besoin de trouver sa place, je partage moins l’avis de Naouri lorsqu’il sous entend que cette place serait prédéterminée à la fois pour le père et pour la mère… Pour moi, l’idée même de modéliser la famille selon la dichotomie patriarcat/matriarcat implique une lutte de pouvoir entre l’homme et la femme qui me paraît tout de même un peu réductrice… Ce qui importe selon moi, c’est davantage la complémentarité du père et de la mère, de l’homme et de la femme, complémentarité qui ne s’entend pas de façon statique mais qui se réinvente, qui se rejoue chaque jour différemment…

  2. Ping : Et Papa, on le met où ?? « Mum addict-Trip de vie

  3. Ping : Et Papa, on le met où ? { mini-debrief } « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s