« Beaucoup de ce qu’il possède vient de ce qu’on lui donne »

Il y a des texte qui font du bien. Des mots qu’on lit et qui rassurent. Des mots qu’on vit. Dans lesquels on se reconnait. Des phrases qui ont du sens. On adhère. Les lire et les relire, même plus de cent fois, ce n’est pas trop.

Il y a des livres que j’aime, ou que je n’aime pas. D’autres qui ne me laissent pas indifférente ou qui me mettent en rage. J’ai lu « Le Corset Invisible » d’Eliette Abécassis et Caroline Bongrand. Si tu es une femme et si en plus tu as des enfants ou tu comptes en avoir et si en plus tu es mariée, avec un homme et bien sûr un homme terriblement nul, tu lis ce livre et tu décides de mettre fin a tes jours. C’est ultra négatif. C’est ultra négatif et pourtant. C’est ultra négatif et pourtant c’est vrai. Et si tu lis certains passages, sortis de l’intégralité du texte, c’est beau. J’ai choisi de partager un de ces passages. Juste parce qu’il est beau. Parce que j’aime les mots, parce que j’aime le sens. Parce que c’est ce que je vis. Juste parce que c’est beau. Parce que dans ma maternité j’aime les mots : confiance, respect, identité, écoute, construire, lien, AMOUR. Un passage pour se rappeler à quel point c’est magnifique d’être maman, à quel point c’est important d’être parent.

« Les enfants rendent de façon naturelle l’amour qu’on leur donne. Il existe entre la mère et l’enfant un lien tactile qui développe entre eux une relation de confiance. Ce lien, si important pour l’enfant, est extraordinaire pour la mère. Lorsqu’il se jette dans ses bras en lui disant « maman », il efface tous les aspects négatifs de sa vie. Le lien de confiance qui s’établit entre eux est fondé sur le respect: si la mère respecte son enfant et son identité profonde et si elle est à l’écoute de ses besoins, l’enfant intègre ce respect qui lui permet de se construire dans l’estime de soi et des autres. L’enfant est ainsi fait: beaucoup de ce qu’il possède vient de ce qu’on lui donne ».

il efface tous les aspects négatifs de la vie… et tous les aspects négatifs sont largement retracés, utilisés, exagérés, témoignés, appuyés par des exemples tout au long du bouquin.

Alors oui putain que c’est difficile et surtout complexe d’être une femme. Une femme qui doit avoir mille et une casquettes. Une femme qui vit à 100 à l’heure, qui ne s’arrête jamais.

Juste un petit exemple au passage: Monsieur mon monsieur que j’aime à la folie et qui est un papa en or, passe des moments à ne rien faire… oui tu m’as bien comprises ne rien faire d’utile, de concret, une tâche du quotidien, un truc pour m’aider, faire avancer les choses. Il ne fait rien, pendant un moment. Quand je lui demande de ma douce voix hurlante ce qu’il FOUS ahrrrrrrrrrrrrrrrrrr… il me répond qu’il contemple notre vie, les enfants, le jardin! Parenthèse pour étayer les nombreux exemples du bouquin: l’homme n’est pas à 100 à l’heure, alors que le femme est à fond.

Donc oui c’est putain de difficile d’être une femme.

Mais putain que c’est bon d’être maman. C’est bon s’être amoureuse d’un Monsieur. Putain que c’est bon d’aimer. De se donner les moyens de tout ça. Ça vaut le coup d’être à fond et de surpasser les difficultés.

Les difficultés de la femme, de l’épouse, de la mère ne doivent pas prendre le dessus. La « vrai vie » se compose des moments uniques de partage et d’échange. Des moments ou on est disponible pour donner à son enfant ce qu’il a besoin de recevoir. Toutes les contraintes quotidiennes doivent être mises de côté le temps d’un instant avec son enfant. Le temps d’un instant avec son amoureux. Ce qu’on donne doit être de qualité.

Pour retrouver les autres articles des vendredis intellos c’est ici.

Publicités

A propos Notre bulle à Nous

Femme avant tout depuis que j'ai 30 ans, un super mari et trois merveilleux enfants. Pas deux minutes à moi dans la journée mais je ne veux rien changer. C'est du sport d'avoir 4 bonhommes à la maison. J'arrive de temps en temps à mettre un peu de vernis sur mes pieds et me faire une virée... ou faire des bidouillages en couture et tricot... bricoler le jardin... tester des recettes... C'est la Vie dans La Bulle.
Cet article a été publié dans Au jour le jour. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour « Beaucoup de ce qu’il possède vient de ce qu’on lui donne »

  1. mmedejantee dit :

    Je poursuis donc ici mon commentaire du blog collectif… Je t’avoue que je n’ai jamais lu les bouquins Eliette Abécassis, je sais qu’on en a dit du bien… je lui suis gré d’avoir dit tout haut que la maternité et la parentalité n’était pas exactement un extatique chemin de roses, mais en même temps, je trouve cette franchise nocive si elle n’est pas accompagnée d’un optimisme profond qui fait des parents des êtres CAPABLES de s’en sortir seuls ou aidés… (Tu me diras peut être que c’est aussi ce que défend l’auteure!!??)
    Mais tu as raison, il y a également tant de moments extraordinaires à croquer à pleine dents!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s